Les 13 fausses excuses qui vous empêchent de vous mettre à la méditation

Depuis quelques années, la méditation de pleine conscience est devenu un sujet populaire de discussions, d’articles dans la presse mais aussi dans les discussions à la machine à café. Les bénéfices ont été prouvés scientifiquement par de nombreuses études, le sérieux des apprentissages a rassuré certains sceptiques, mais des résistances subsistent. Nombreux sont ceux qui se sont construit des idées ou des croyances sur le sujet qui leur servent d’excuses pour ne pas se mettre à pratiquer la méditation.

[Lire la suite]

Qu’est-ce que l’esprit ?

Nous avons tous le sentiment d’avoir un esprit et d’exister mais notre compréhension de celui-ci et de son mode d’existence est habituellement pour le moins vague et confuse. Nous disons bien « j’ai un esprit », « je suis », « j’existe », nous nous identifions à un « moi », un « je », auquel nous attribuons des qualités. Mais nous ne connaissons véritablement ni la nature de cet esprit, ni celle de ce « moi ». Nous ignorons en quoi ils consistent, comment ils fonctionnent, et globalement, qui nous sommes fondamentalement. [Lire la suite]

La méditation laïque - Antidote à notre époque effrénée - Par Philippe Jost

Les psys la prescrivent contre l’anxiété, le stress, la dépression, et les médecins reconnaissent ses effets sur la santé. Hors de toute croyance, la méditation est plus facile à pratiquer qu’on l’imagine. Pourquoi ça marche ? Comment s’y mettre ? Enquêtes et conseils.

 

D’une voix monocorde, le coach entame sa leçon de méditation. « Laissez filer vos pensées. Ne tentez pas de les retenir. Observez ce qui se passe en vous. Sans jugement. » J’essaie depuis une demi-heure, mais je n’arrive pas à chasser une pensée qui revient comme une mouche s’interposer entre moi et le nirvana : qu’est-ce que je fais là ? Je suis assis en tailleur sur un coussin, les yeux mi-clos, dans le studio du centre Qee, temple branché du bien-être parisien, avec une douzaine de personnes, la plupart de jolies femmes en jogging, et c’est déjà suffisamment difficile de ne pas me focaliser sur cette idée. Je m’efforce de me concentrer sur le va-et-vient de ma respiration, puis sur mes sensations corporelles, même si ces dernières ont tendance à irradier en fourmillements dans ma jambe gauche, puis dans la droite, et bientôt dans mon dos.

[Lire la suite]

Comment prendre conscience de son « ÉGO »  et de son « ÊTRE »

Être et Égo

Pour prendre conscience de son égo, il faut avant tout savoir de quoi l’on parle. Notre égo est une identité. Il est ce pour quoi nous nous prenons, il est notre personnage. L’égo est omniprésent, il est là tout le temps et prend plus ou moins de place au sein de  notre « conscience ».

Il est difficile de faire sans lui car nous croyons (à tort) qu’il est « nous » et nous ne savons pas faire la différence entre nous, et lui !

Plus nous avons d’histoires en nous qui tournent en boucle et plus notre égo prend de la place. L’égo porte également le nom de « personnage ». Un personnage auquel nous nous identifions, nous sommes lui.

Par exemple, l’égo est la partie de nous qui sait ou croit savoir. C’est elle qui juge et se juge, c’est elle aussi qui critique et se critique, ou encore qui estime le « possible » de l’impossible, où prévaut des bonnes ou des mauvaises manières de faire…. C’est elle qui culpabilise et fait culpabiliser, c’est elle qui est fermée, qui a peur, qui se défend, qui doute….

Bref, c’est la partie de nous qui a toujours une histoire à nous raconter, qui a une opinion sur tout !

"L’égo est de l’ordre du mental, il est : les histoires que nous nous racontons sur nous-mêmes et les autres ou encore la vie, et auxquelles nous croyons."

Qui sommes-nous en réalité ? « L’être »

L’être est le vrai nous. Celui qui inclus toutes les autres parties de nous même. Contrairement à l ‘égo, l’être est accessible dans le présent, il est donc là tout le temps. Seul notre égo et notre non présence nous empêchent de le voir ou de nous y connecter.

L’être n’a pas de mécanisme de défense, il « est », point. Face à une situation, il n’est pas en réaction, il fait l’expérience de la dite situation, ne la juge pas, et agit ou pas dans le respect de lui-même. Il cherche à observer, comprendre et intégrer les expériences pour grandir davantage.

[Lire la suite]

Pour en savoir plus : Au cœur de l'ego - Eckhart Tolle - Transcription

La méditation efficace contre la douleur ?

Mardi 16 mai 2017

La pratique de la méditation aurait un véritable impact sur la gestion de la douleur et sur l’accroissement de la matière grise du cerveau.

La méditation est un art ancestral qui vise à protéger la personne qui le pratique des éléments néfastes pour son bien-être : stress, anxiété, problèmes. A cette liste, il faudrait dorénavant ajouter la douleur !

LIRE LA SUITE

Ne pas s'identifier à sa souffrance

Par Matthieu Ricard

 

Même lorsqu'une souffrance nous tourmente au plus haut point, nous ne sommes pas cette souffrance. Lorsque nous souffrons d'une maladie, nous ne sommes pas cette maladie. Habituellement, nous nous identifions complètement à notre souffrance et ne faisons qu'un avec elle. Pour pouvoir continuer à nous épanouir dans l'existence, il importe de comprendre que la souffrance est une maladie qui, à des degrés divers, nous affecte tous, et surtout que, au plus profond de nous-mêmes, quelque chose n'est pas altéré par les tourments de l'existence. Il faut donc d'une part repérer la souffrance qui nous affecte, et de l'autre prendre conscience de ce qui, en nous, reste inentamé.

LIRE LA SUITE

La Méditation Vipassana

Mardi 16 mai 2017

Partout dans le monde, aussi bien ici qu’ailleurs, l’intérêt s’accroît pour la méditation Vipassana. Qu’est-ce donc que Vipassana, et quelle en est l’utilité dans la vie de tous les jours ?

Commençons par nous examiner : nous découvrons vite que notre esprit se comporte bien souvent de manière malsaine. Quelque chose ne se passe pas comme nous le désirons, une situation déplaisante apparaît et nous risquons fort de découvrir que notre esprit est alors plein de colère, de haine ou quel qu’autre type de réaction. Si nous observons plus attentivement, ces réactions se révèlent très profondes et habituelles; alors nous nous rendons compte de l’effet qu’elles produisent sur nous : elles rendent l’entière structure mentale pleine de tensions et nous dénient tout bonheur véritable. Bien plus, cette tension en nous se met à infecter l’atmosphère ambiante et mettre en danger le bonheur de ceux qui nous entourent. Un tel comportement est certainement malsain.

LIRE LA SUITE