Mudra

Selon la tradition yogique, on retrouve sur les doigts et dans les mains (comme sous les pieds dans la réflexologie) des points qui renvoient à certaines parties ou à certaines fonctions du corps. Lorsque ces points sont stimulés, ceux-ci stimulent par écho les régions ou les systèmes du corps.

En plus de cela, les mudras peuvent aussi être des gestes impliquant les deux mains, quelques points de connexion qui invitent certains mouvements, certaines orientations dans le corps et l’esprit.

Il y a par exemple un mudra pour la santé des bronches, un mudra pour se réveiller complètement le matin, un mudra pour augmenter notre résistance aux rhumes, un mudra pour nous enraciner, un autre pour générer de la compassion ou de la force. Enfin, il y en a beaucoup, certains sont thérapeutiques, d’autres permettent de créer un certain état mental et physique.

Les mudras engagent une certaine partie de notre cerveau, de notre corps ou de notre être, au sens plus large, ils exercent donc une certaine influence sur notre être.

Pranayama

Fonction respiratoire
Le diaphragme est le muscle le plus important de la fonction respiratoire.
Dans une respiration libérée, le diaphragme s'abaisse à l'inspiration et monte à l'expiration. Il assure une respiration ample et abdominale.
Dans les respirations superficielles, irrégulières, arythmiques, le diaphragme est souvent tendu. Des tensions musculaires contrarient la liberté du souffle, ce qui impose à l'individu un surcroît d'effort. En redonnant la mobilité au diaphragme, on accroît la ventilation pulmonaire, on masse le plexus solaire, on tonifie la région abdominale.


La respiration abdominale est celle du bébé et du jeune enfant, celle des dormeurs profonds et des animaux. Une respiration calme et diaphragmatique assure un meilleur équilibre émotionnel. Une respiration complète procure une relaxation profonde et tonifie l'organisme.

En respirant amplement, on détend les muscles intercostaux et on libère la cage thoracique, crispations souvent liées à la peur.


Il ne s'agit pas seulement de respirer profondément, mais d'apprendre des techniques précises. Il est composé d'une suite d'inspirations (puraka), expirations (rechaka) et rétentions du souffle (kumbhaka). Concernant le rôle distinct des phases du processus de pranayama, la tradition yogique affirme que puraka (l'inspiration) stimule l'organisme, rechaka (l'expiration) élimine l'air vicié ensemble avec ses énergies associées, aussi bien que les toxines, et kumbhaka distribue l'énergie dans le corps entier.

Les techniques de pranayama sont employées pour commander le mouvement des énergies subtiles dans le corps, ce qui produit une augmentation de vitalité chez l'adepte. Cependant, la pratique de ces techniques n'est pas insignifiante. Il est recommandé d'apprendre le pranayama sous surveillance d'un prof. de yoga qualifié.
La plupart des techniques de respiration visent à allonger la durée de la respiration pour augmenter la vitalité par une oxygénation plus longue et par une prise d'énergie plus importante.