Lundi 20 avril 2020

La motivation et l'effort

 

C'est dans l'effort que l'on trouve la satisfaction

et non dans la réussite. Un plein effort est une pleine victoire.

Gandhi

 

Après avoir vérifié notre position et apaisé notre mental, générons notre motivation ...

Mais pas une motivation pour cet instant, car nous sommes déjà installés.

 

Une motivation pour le reste de notre vie.

Que recherchons-nous dans cette pratique ? Ce n’est pas simplement de nous détendre, nous avons bien d’autres moyens pour cela.

Fondamentalement ce que nous souhaitons c’est de nous libérer de notre mal-être et de progresser vers un bonheur absolu. Nous le savons aujourd’hui.

De nous affranchir de nos souffrances et des causes de ces souffrances. Il nous faut admettre que nous sommes insatisfaits, car la véritable force est de reconnaître ses faiblesses.

 

Prévoir

Très souvent, nous nous accommodons de ces souffrances. Et même si nous espérons nous en libérer, nous ne prenons pas le temps de le faire.

Il nous faut vraiment nous libérer et reprendre le contrôle de notre esprit.

Dans les moments de grandes difficultés (physiques ou mentales), il est bien compliqué de prendre un instant d’apaisement qui serait si nécessaire. Pourtant la souffrance est bien là, difficile à vivre, insupportable parfois pour certains. Nous voudrions en être libérés, retrouver du bien-être. Mais dans cet instant, il est trop tard, car nous avons oublié l’essentiel celui de prévoir cet instant de souffrance. Nous avons souvent la mémoire courte.

 

Nous pouvons imaginer qu’il nous arrivera dans un jour, une semaine, un mois ou plus tard un événement qui marquera notre existence et que rien ne sera plus comme avant. Mais nous ne nous préparons pas, nous sommes dans l’attente.

Nous avons le temps aujourd’hui pour nous préparer aux souffrances de demain. La nôtre et celle des autres. Mais faisons-le dans la détente, simplement, sans crispation.

 

Tout compte fait, nous sommes responsables de notre vie. Et nous pouvons en faire ce que nous voulons. Mais notre souffrance est aussi la souffrance des autres.

 

Quels autres moyens avons-nous ? ... L'effort juste

Pensons-nous sincèrement que nous allons nous libérer sans effort ? Le pensons-nous vraiment ? Est-ce une certitude ?

Nous avons la possibilité en tant qu’être humain d’agir sur notre mental et ainsi de nous libérer. Mais pourquoi ne trouvons-nous pas cette force ? Pourquoi ne faisons-nous pas l’effort ? Nous préférons très souvent entretenir notre corps, ce qui est nécessaire, mais nous oublions tant de fois notre mental. Pourtant il se rappelle inlassablement à nous.

Nous pouvons aller marcher pendant des heures, courir des kilomètres et avoir tant de difficultés à passer 20 à 30 minutes sur notre coussin.

Nous avons pourtant cette capacité de regarder à l’intérieur, de cesser d’aller chercher le bonheur ailleurs alors qu’il est si près de nous.

 

Une motivation durable

Mais alors, comment générer cette motivation durable ? Celle qui nous manque si souvent, trop souvent.

En intégrant le fait qu’il est vraiment possible de trouver une paix infinie. Que la souffrance n’est pas inéluctable, qu’il y a des moyens habiles pour nous en libérer.

Nous devons prendre conscience que nous n’avons pas de temps à perdre, nous ne pouvons pas indéfiniment reporter à plus tard. Car tout peut changer d’instant en instant. Aujourd’hui, nous allons bien, mais demain ou après demain.

Sommes-nous certains, quand le moment sera venu, que nous pourrons dire : je vais bien, je suis en paix.

 

Cessons de nous agiter en permanence, d’être prisonniers de nos attachements et de ce « Moi » illusoire. Tout cela n’est pas raisonnable, ce n’est que du « bla-bla ». La vraie libération passe par l’effort, nous savons parfois en faire preuve. Nous avons le potentiel de dévoiler notre esprit et de voir le ciel bleu.

 

Alors qu’attendons-nous ?

Ce que nous sommes aujourd’hui c’est ce que nous étions hier. Ce que nous serons demain commence aujourd’hui.

Il n’est plus question d’avoir ou pas le temps, il est question de nous libérer et d’être heureux. Nous aurons toujours le temps pour souffrir.

Les grands discours sont parfois inutiles. L’important est de prendre le remède. Nous pouvons consulter notre médecin chaque jour, mais si nous ne prenons pas les médicaments nous ne serons jamais guéris. Nous avons les moyens de notre guérison.

 

Il ne tient qu’à nous de nous accorder cet instant précieux. S’il y avait un autre moyen, nous l’aurions certainement déjà trouvé.

Nous avons ce potentiel extraordinaire de libération et de changement, nous en sommes capables. Si nous choisissons de persévérer, nous transformerons nos vies… n’est-ce pas merveilleux ?

 

Faisons le vœu de nous offrir chaque jour ce temps pour apaiser notre mental simplement pour aller mieux.

Chaque jour nous devons nous dire que nous souhaitons ne plus souffrir et être heureux et que nous allons nous en donner les moyens.

Voilà le souhait que je fais aujourd’hui pour moi et pour tous les êtres, pour tous les êtres et pour moi !