L’IMPERMANENCE

Patrick Astorg – Mai 2018

 

Il est dit que tout ce qui est composé se décompose ou que tout ce qui est le produit de causes et de conditions se désintègre d’instant en instant et est soumis aux changements.

Les découvertes en physique du 20e siècle nous ont démontré que la matière est en perpétuel mouvement.

Cela nous concerne en premier lieu, nous changeons d’instant en instant, mais nous n’en avons pas conscience. Il est clair qu’entre le moment où nous sommes entrés dans cette pièce et maintenant il y a eu de nombreux changements en nous. Ces changements ne sont pas perceptibles et c’est ainsi depuis le jour de notre naissance ou nous avons commencé à vieillir.

 

Nous nous levons un matin et dans la glace nous constatons que nous avons un cheveu blanc ou une ride. Il est clair que cela n’est pas arrivé dans la nuit subitement, c’est bien un changement progressif qui est à l’origine de cela. Mais nous attendons d’être devant une évidence pour croire aux choses. C’est la formule de saint-thomas « je ne crois que ce que je vois » (Thomas, absent lors d’une apparition de Jésus après sa mort, ne croit pas les autres apôtres lorsqu’ils lui témoignent de sa résurrection. Thomas réclame des preuves tangibles : voir et toucher les stigmates sur le corps de Jésus.). Nous pourrions nous-mêmes citer de nombreux exemples ou nous avons eu besoin de preuves pour croire.

Nous allons commencer par une constatation toute simple : tous les êtres naissent, vivent et meurent. Les Tibétains disent : "Le jour de ta naissance la flèche est partie"

 

Alors pourquoi cela pose-t-il un tel problème pour l’être humain ?

 

Parce que l’être humain est attaché à son propre ego et c’est l’attachement à notre propre ego qui fait qu’on a du mal à accepter qu’il puisse disparaître, surtout si l'on n’est pas éveillé à la véritable nature de notre existence. Tout le problème est là. Car dans ce cas-là, on va s’efforcer de satisfaire nos désirs en essayant d’obtenir le plus de satisfactions possible. On s’attache à ce que l’on aime, que ce soit des êtres ou des activités, et on redoute beaucoup de se séparer de ce que l’on a aimé, de ce à quoi l’on est attaché, de ce qui, parfois, a été le sens de notre vie.


Pourquoi est-ce si important d’accepter cette impermanence ?

 

Il est important d’accepter cette impermanence, parce que c’est la véritable nature de notre existence et la véritable nature de tout l’univers : tout ce qui apparaît est voué à disparaître et tout change constamment. Et si nous nous attachons trop à ce que nous pensons être nous-mêmes, et que nous n’arrivons pas à lâcher prise, à laisser passer, c’est comme si nous nagions constamment à contre-courant, c'est-à-dire que nous nous attachons à des choses qui nous échappent, nous redoutons des choses qui nous arrivent, et donc, il est important de retrouver un esprit fluide, qui, au lieu de considérer l’impermanence comme un scandale, trouve au contraire que c’est une chose tout à fait normale, naturelle et apprend à s’harmoniser avec elle.

 

L’impermanence de l’esprit

 

La même vérité de l'impermanence s'applique à l'esprit. Dans la vie mentale, il n'y a rien qui ne change pas, il n'y a pas d'âme permanente et immortelle et non changeante : il n'y a qu'une succession constante d'états mentaux. L'esprit change encore plus vite que le corps physique. Habituellement, nous ne pouvons pas voir le corps changer, mais si nous sommes un peu observateurs nous pouvons voir notre propre esprit changer.

Il est plus répréhensible de s'identifier avec l'esprit qu'avec le corps : penser que « je suis l'esprit » est plus répréhensible que penser que « je suis le corps », car le corps a au moins un certain degré de stabilité, alors que l'esprit n'a absolument aucune stabilité.

 

L'autre, un autre moi-même

 

Si nous acceptons ces changements d’instant en instant et que nous ne sommes plus aujourd’hui ce que nous étions hier, cela nous aide dans notre attitude face aux agressions qui entraînent de la colère, de la haine voire de la violence. Si nous sommes soumis aux changements d’instant en instant il en est de même pour l’ensemble des êtres vivants également composés. Donc à l’autre, qui est un autre moi même. Donc quand une personne tiens des propos injurieux ou violents envers nous, notre cher ego, au moment ou nous lui répondons elle n’est plus la même, puis ce qu’elle est, elle aussi soumise aux changements permanents. Donc à qui nous adressons-nous ? Est-elle la même personne ? Non. D’autant plus que si nous nous accordons quelques instants voire quelques jours avant de lui répondre, cette personne sera totalement différente ou peut être aura t-elle changée d’avis tout simplement. Bien entendu, il est très difficile de prendre en considération cette notion de changement permanent de l'autre quand notre ego est blessé. Mais nous pouvons en faire l'expérience !

 

La maladie et la douleur

 

Quand nous sommes malades, il est bien rare que la maladie ait pris naissance dans la nuit ou subitement. C’est une évolution, un changement progressif qui fait qu’à un moment nous avons une sensation de douleur (la 1re flèche).

Cette notion d’impermanence peut nous aider à faire face à cette douleur et à éviter la souffrance (la 2e flèche). Habituellement pour beaucoup de personne quand elles sont malades, elles pensent que cela va durer et donc les empêcher de faire des choses et alors l’esprit commence à ruminer. Alors que cette douleur est aussi soumise aux changements. Les douleurs sont parfois plus ou moins fortes. Même chez les personnes atteintes de graves maladies il y a des moments de silence de la douleur.

Donc méditer cette notion d'impermanence peut aussi « parfois » nous aider à mieux vivre la douleur physique.

 

Notre impermanence et celle nos êtres chers

 

Mais l’impermanence c’est aussi et avant tout notre disparition (la mort de notre ego) et celle de tous les êtres qui nous sont chers. En prenant parfaitement conscience de cette impermanence, cela nous permet de vivre pleinement l’instant présent. Car dans 10min, 1h, deux jours … Nous pouvons quitter ce monde et il en ait de même pour tous ceux que nous aimons.

Peut être avons des exemples personnels de personnes qui nous étaient chères et qui brutalement ont disparus. Vivant le matin et mort le soir !

Donc il est très important de prendre conscience de cette notion d’impermanence et de la méditer.

 

Tout est en changement permanent, mais ce qui ne change pas c’est l'impermanence !

 

Pratiques

1 - Prenons conscience des changements qui se sont produits en nous simplement aujourd’hui

2 - Puis revenons un peu en arrière, il y a un an, 5 ans, 10 ans … Que constatons-nous ?

3 - Pensons maintenant à tous ceux qui ont quitté ce monde … Des anonymes, des célébrités, à ceux qui meurent actuellement 

      dans le monde à cette minute même.

4 - Et bien entendu à tous nos proches qui ne sont plus là.

5 - Puis pensons à notre impermanence, qu’est-ce qu’elle évoque ?